Journées d’études “Réformer le capitalisme de l’intérieur? Acteurs et actrices, pratiques, mondes sociaux”, Paris, 30-31 mai 2024

Appel à communications

 Journées d’étude, 30 et 31 mai 2024

Lieu

École normale supérieure, 48 boulevard Jourdan 75014 Paris

Coordination

Pauline Barraud de Lagerie, Laure Bereni, Élodie Béthoux, Anne Bory, Thomas Depecker, Sophie Dubuisson-Quellier, Alice Lavabre

Comité scientifique

L’équipe de recherche ANR ProVirCap :

Pauline Barraud de Lagerie, IRISSO, Laure Bereni, CMH, Élodie Béthoux, PRINTEMPS, Anne Bory, CLERSÉ, Frédérique Déjean, DRM, Thomas Depecker, CMH, Sophie Dubuisson-Quellier, CSO, Alice Lavabre, CMH, Antoine Machut, IRISSO, Xavier Monnier, IRISSO, Élise Penalva-Icher, IRISSO, Scarlett Salman, LISIS, Chloé Socha, CSO.

Argumentaire

Le capitalisme, « exigence d’accumulation illimitée du capital par des moyens formellement pacifiques » (Boltanski et Chiapello, 1999, p. 37), s’est historiquement adossé à des justifications morales pour mobiliser le plus grand nombre et s’imposer comme un système économique et social légitime. Si les théories qui fondent le capitalisme ont insisté sur la nécessaire autonomie des lois qui doivent le régir, elles ont simultanément affirmé l’orientation de ce système vers le bien commun, par la capacité qu’il aurait à pacifier et à civiliser les relations sociales ou à maximiser le bonheur collectif (Hirschman, 2014 ; Fourcade-Gourinchas et Babb, 2002). De fait, l’expansion et la pérennité du capitalisme sont liées à des entreprises de légitimation morale constamment renouvelées (Steiner et Trespeuch, 2015) : l’histoire des « barons voleurs » est aussi celle des grands philanthropes (Guilhot, 2004), tout comme la sociologie des « philantrocapitalistes » est celle de l’élite économique globalisée (McGoey, 2018 ; Langevin, Brunet-Bélanger et Lefèvre, 2023).

Cette orientation du capitalisme vers le bien commun n’a pas été la chasse gardée de ses théoriciens ou de ses agents les plus dominants. Face aux critiques, contestations et crises qui l’ont périodiquement bousculé depuis le XIXème siècle, des mobilisations individuelles et collectives ont cherché à façonner ses modes de fonctionnement et à l’orienter plus fermement vers des finalités morales, sans toutefois remettre en cause ses structures profondes. Mouvements de consommatrices engagées (Storrs, 2000 ; Chessel, 2013 ; Dubuisson-Quellier, 2015), experts de l’éthique des affaires (Abend, 2014), patronat chrétien (Chessel et al., 2018), mutualisme (Da Silva, 2020) : les projets de moralisation du capitalisme ont été multiformes et ont historiquement engagé une grande variété d’acteurs et actrices, parfois issu·es du monde des affaires mais aussi et surtout des mondes syndical, associatif, administratif et politique.

Or depuis les dernières décennies du XXème siècle, dans un contexte d’essor du néolibéralisme financiarisé et globalisé, une partie des projets de moralisation du capitalisme proviennent désormais d’une fraction des élites économiques, agissant de l’intérieur. Ces réformateurs et réformatrices, au sens où ils et elles disent vouloir changer les institutions du capitalisme, couplent leurs activités de réforme, voire de critique, aux activités routinières des entreprises et notamment des plus grands groupes multinationaux. Ils et elles sont désormais rassemblé·es sous la bannière de la « responsabilité sociale des entreprises » (RSE) et plus récemment du « good capitalism » ou encore du « responsible capitalism » (Vogel, 2005 ; Barman, 2016 ; Bosvieux-Onyekwelu et Boussard, 2022). Ces professionnel·les se mobilisent en faveur d’une « nouvelle entreprise » (Boni-Le Goff et Laurens, 2013) et d’un capitalisme bienveillant et bénéfique au plus grand nombre, voire à la planète. Ils et elles ont travaillé à promouvoir la participation des salarié·es en entreprise (Béroud, 2013 ; Yon et Allal, 2020), l’inclusion (Blanchard, Boni-Le Goff et Rabier, 2013 ; Pochic, 2022 ; Bereni 2023), l’épanouissement et le développement personnel (Stevens, 2011 ; Salman, 2021), le traitement décent des travailleur·euses dans les chaînes de sous-traitance (Barraud de Lagerie, 2019), l’investissement dans des projets philanthropiques visant à réduire la pauvreté ou l’accès à la santé des plus modestes (Bory, 2013 ; Depecker, Déplaude et Larchet, 2018), la prise en compte des impacts environnementaux (Dubuisson-Quellier, 2013), ou encore l’allocation des capitaux vers des activités responsables tant d’un point social qu’environnemental (Déjean, 2006 ; Penalva-Icher, 2016 ; Barman, 2016).

Pour nombre de ces individus, la « responsabilisation » du capitalisme est désormais en lien étroit avec leurs activités professionnelles et marchandes : consultant·es spécialisé·es dans la protection de l’environnement, la qualité de vie au travail ou la diversité ; cadres d’entreprises travaillant dans des équipes RSE, engagement sociétal, impact ou développement durable ; dirigeant·es et cadres du secteur de l’économie « à impact » et des « entreprises sociales » ; gestionnaires de fonds « responsables », « durables », « verts » ou « à impact » épaulé·es par des analystes extra-financiers spécialisé·es sur les thématiques « ESG » (Environmental, Social & Governance)  ; salarié·es de clubs patronaux ou professionnels, de think tanks dédiés à la RSE, à la philanthropie ou aux droits humains… Ces professionnel·les de la vertu du capitalisme déploient leurs activités de réforme dans les entreprises ou en sillonnant les scènes publiques de l’engagement responsable, afin de « mobiliser », « embarquer », « faire de la pédagogie » ou « sensibiliser » les diverses « parties prenantes » à la croissance responsable. Les cibles de leurs actions sont elles-mêmes très diversifiées : les dirigeant·es, « managers » et « collaborateur·rices » doivent être convaincu·es, tout comme les client·es et consommateur·rices, fournisseurs et sous-traitants, concurrents, acteurs publics et associatifs, médias, voire plus largement l’opinion publique.

Si ce mouvement se déploie à l’intérieur du monde économique, face à des gouvernements souvent dépeints comme impuissants et inefficaces, il répond pourtant en grande partie à des politiques publiques qui cherchent parfois à encadrer les activités économiques afin d’en limiter les externalités négatives (discrimination, harcèlement, pollution…) mais aussi, de plus en plus souvent, qui incitent les acteurs économiques à s’emparer « volontairement » des questions de bien commun, dans le cadre d’un modèle de gouvernement plaçant les acteurs marchands au cœur du déploiement de l’action publique (Cochoy, 2008 ; Dubuisson-Quellier, 2016; Ansaloni et Smith, 2017 ; France et Vauchez, 2017). Les élites politiques et bureaucratiques, à l’échelle internationale et nationale, constituent ainsi des moteurs et des soutiens indispensables au développement de ce mouvement de réforme morale du capitalisme, en relayant son discours et en mettant en place des normes juridiques et fiscales encadrant le développement de la RSE : par exemple, la loi Aillagon offre depuis 2003 des avantages fiscaux substantiels aux entreprises développant des pratiques de mécénat dans des domaines tels que l’éducation, la science, l’environnement, la pauvreté, l’art ou la culture, ce qui fait de l’Etat le principal financeur des « dons » réalisés par les acteurs privés (Rozier, 2001). Une série de textes impose depuis 2001 des obligations de reporting de plus en plus prescriptives aux entreprises dans le domaine environnemental et social (de la loi sur les nouvelles régulations économiques de 2001 à la récente directive de l’Union Européenne sur le corporate sustainability reporting). Les grandes entreprises se sont vues imposer un devoir de vigilance quant à leur activité et à celle de leurs fournisseurs et sous-traitants par une loi de 2017 (Barraud de Lagerie, 2019, Barraud de Lagerie et al., 2020). Depuis 2019, la loi « Pacte » permet aux entreprises capitalistes de se doter d’une « raison d’être », et même du statut particulier de « société à mission » afin de formaliser un dessein « sociétal » entendant dépasser la maximisation du profit (Hatchuel, Levillain et Segrestin, 2021).

De tels mouvements ont été décrits par les sciences sociales critiques comme une ruse du capitalisme, attestant sa capacité à neutraliser ou domestiquer ses critiques en mettant en scène sa dynamique de changement permanent, afin de mieux se reproduire (Boltanski et Chiapello, 1999 ; Chamayou, 2018 ; Bory et Lochard, 2009 ; Morena, 2023) ou comme des opérations visant à acheter de la respectabilité sociale (Adam, 2009). Ils peuvent être mis à profit afin de faire taire les contestations, prévenir les réglementations, produire une sociodicée du bonheur économique, et peuvent constituer des « politiques purement symboliques » (Edelman, 2016), de simples discours de façade qui n’impactent en rien le fonctionnement interne des organisations (Ahmed 2012 ; Comby, 2015 ; Dolan et Rajak, 2016 ; Barraud de Lagerie, 2019 ; Bereni, 2023). C’est ce que soulignent d’ailleurs régulièrement les accusations de green, blue, local, diversity, social, ou carbon washing. En outre, certains de ces réformateurs et réformatrices contribuent, par leurs activités philanthropiques et leur proximité avec des acteurs économiques dominants, à exclure ou marginaliser les mouvements les plus contestataires (Bartley, 2007), tout en continuant de légitimer, au nom de l’intérêt collectif, l’accumulation du profit dans les mains d’une élite éclairante (Depecker, Déplaude et Larchet, 2018).

Si les critiques et réponses du capitalisme ont été bien étudiées, peu de travaux ont été consacrés aux acteurs et actrices qui en sont les intermédiaires et qui portent au cœur ou à proximité des grandes entreprises divers enjeux éthiques, tout en les protégeant des formes de régulation les plus dures ou des contestations les plus radicales. Or, tout comme ont été étudié·es celles et ceux qui œuvrent à la diffusion du néolibéralisme et des dispositifs du nouveau management public (Fourcade-Gourinchas et Babb, 2002 ; Denord, 2002), les personnes et collectifs engagés dans le mouvement de réforme morale du capitalisme dans le cadre de leurs activités professionnelles méritent d’être étudiés au prisme de leurs parcours et de leurs pratiques afin de mieux comprendre les reconfigurations du capitalisme contemporain. Il paraît notamment important d’investiguer les pratiques effectives mises en place par ces acteurs et actrices, en étant attentif·ves aux déplacements opérés par ces pratiques, fussent-ils minimes, ouvrant ainsi le champ interprétatif par rapport aux analyses sur les « ruses du capitalisme ».

À cette fin, ces journées d’études organisées par l’équipe ANR ProVirCap[1] explorent les mondes sociaux des professionnel·les de la réforme morale du capitalisme, en plaçant plus particulièrement le regard sur les efforts déployés à l’intérieur ou à la lisière du monde marchand. Elles s’intéressent aux dynamiques historiques et aux formes contemporaines de la professionnalisation de telles fonctions au sein ou à proximité des grandes entreprises. Elles concernent plus généralement toutes les pratiques d’acteurs et actrices se confrontant au monde de l’entreprise pour en moraliser les activités, et croyant à la capacité du capitalisme à se réformer de l’intérieur. Les communications pourront ainsi s’intégrer dans les trois axes suivants :

 

  • Qui sont ces réformatrices et réformateurs ? Quels sont leurs caractéristiques, leurs trajectoires, leurs rapports au monde ?
  • Que font ils et elles ? Quelles sont leurs modalités d’action pour réformer le capitalisme de l’intérieur ?
  • Dans quelle mesure existe-t-il un espace de la réforme du capitalisme, et quelles en sont les frontières internes et externes ?

 

AXE 1. Qui sont ces réformateurs et réformatrices ?

Un premier axe de questionnement porte sur les propriétés sociales, les trajectoires et les rapports au monde des réformatrices et réformateurs du capitalisme.

Leurs propriétés sociales et leurs trajectoires feront l’objet d’une attention particulière. Par leur statut professionnel (cadre, consultant, entrepreneur…) et par leur niveau de revenu, ils et elles appartiennent aux classes supérieures, mais plusieurs travaux laissent à penser qu’ils et elles ne sont pas les plus doté·es socialement et se situent parfois à leurs marges : des femmes, des personnes assignées racialement (Bereni, 2023), des diplômé·es de formation nouvelles (comme la RSE) ou qui ne comptent pas parmi les filières les plus prestigieuses et rémunératrices (Comby, 2022). Par quels types de formations disciplinaires ces personnes sont-elles passées, quelles expertises ont-ils et elles acquises et quelles sont les institutions qui les consacrent ? Ces réformateurs et réformatrices du capitalisme peuvent avoir des trajectoires professionnelles non linéaires ou « buissonnières » (comme les coachs, Salman, 2021), circuler entre mondes marchands et non-marchands (comme les professionnel·les du mécénat, Bory, 2008), s’engager dans des reconversions plus ou moins « militantes » (Tissot et al., 2005). Ils et elles occupent souvent des positions à la frontière entre plusieurs mondes sociaux (Topalov, 2020), incarnant parfois la figure du « marginal sécant » (Crozier et Friedberg, 1992).

En lien avec ces propriétés et trajectoires, il s’agira d’explorer le rapport au monde qui caractérise ces acteurs et actrices. Jean-Baptiste Comby (2022), par exemple, décrit « l’éthos pondérateur » de celles et ceux qui travaillent à rendre compatible la critique écologique avec l’ordre économique dominant : une croyance dans les vertus de la politique des petits pas. Le rejet de la critique radicale, de la conflictualité et des projets politiques qui visent une redéfinition en profondeur des structures économiques et sociales est également un marqueur de celles et ceux qui entendent aller au-delà de la confrontation (Bereni et Dubuisson-Quellier, 2020) et/ou « militer de l’intérieur » (Meyerson et Scully, 1995 ; Briscoe et Gupta, 2016 ; Buchter, 2023). Quel est leur langage (Topalov, 1996) ? Quelles catégories descriptives et normatives mobilisent-ils et elles (Depecker, Topalov et Lhuissier, 2015) ? Ces personnes éprouvent-elles les tensions et contradictions entre le profit et la vertu ? Au bout du compte, quels ethos réformateurs peut-on distinguer ? Une question adjacente concerne le rapport qu’elles et ils entretiennent à l’activisme et aux activistes ou savoirs plus critiques du capitalisme. Que partagent-ils et elles avec des militant·es, écologistes ou féministes ou antiracistes par exemple, qui se mobilisent à l’extérieur du monde marchand tout en se tenant à distance des discours et répertoires d’action les plus contestataires et conflictuels (Romerio, 2022 ; Madon, 2023 ; Comby et Dubuisson-Quellier, 2023) ? Sont-ils et elles passeurs et passeuses, intermédiaires, traducteurs et traductrices de la critique, ou au contraire paravent ? Quelles sont les formes de dépossessions, de réappropriations ou de reformulations des causes qu’ils et elles peuvent (ou pas) déplorer ? Quel est le travail qu’ils et elles entendent également effectuer sur elles et eux-mêmes (Bidet et Sarnowski, 2021) ?

Enfin, la question du positionnement de ces réformateur·rices nécessite également de poser celle de leur socialisation. Comment s’entretient la capacité à s’approprier certains marqueurs du discours critique, tout en détournant le regard de ses dimensions les plus conflictuelles ? Les contributeurs et contributrices sont invitées à réfléchir aux formes et aux espaces de socialisation primaire et secondaire qui produisent ce type d’engagement pour la réforme du capitalisme : socialisation politique et religieuse, scolaire et professionnelle, notamment. On s’interrogera sur les coûts et « stigmates » potentiels de ces engagements vertueux face à l’ordre économique du « business as usual » (Bereni, 2022) mais aussi les ressources qu’ils et elles font fructifier pour embrasser ce type de carrière (notamment tirées de leur position à l’intersection entre plusieurs mondes sociaux) ainsi que les gratifications et rétributions qu’ils et elles trouvent dans leurs mobilisations, qu’elles soient symboliques, professionnelles ou économiques. Quelles sont les propriétés et trajectoires sociales qui disposent le plus à faire fructifier ces positions réformatrices ?

 

AXE 2. Que font ces réformateurs et réformatrices ?

Un second axe porte sur l’activité de ces réformateurs et réformatrices. À quels types de tâches se consacrent-ils et elles ? Quels sont leurs instruments ? Quelle est leur position au sein de leurs organisations ? Comment leur action est-elle jugée et évaluée ?

On accueillera des propositions qui décrivent finement les activités de travail et de mobilisation individuelle et collective de ces cadres d’entreprise, consultant·es, expert·es de think tanks, salarié·es de clubs patronaux, professionnel·les de la certification, syndicalistes impliqué·es dans les enjeux RSE, cadres associatifs et de l’ESS, etc. Leur action peut être assimilée à un « travail politique » au sens d’Andy Smith (2019) : elle vise à transformer les institutions du capitalisme. Elle s’inscrit dans des routines professionnelles et marchandes, et puise dans les répertoires d’action feutrés et respectables caractéristiques des mobilisations élitistes (Agrikoliansky et Collovald, 2014), et des groupes d’intérêt (Offerlé, 1998 ; Courty, 2006). Très diverses, leurs activités peuvent relever de plusieurs catégories :

Définir et diffuser les cadres de perception du capitalisme responsable. Ils et elles rédigent des brochures, des guides, des rapports, des tribunes dans la presse, mettent en place des formations, sont souvent très actives et actifs sur LinkedIn. Les plus doté·es signent parfois des essais et interviennent dans des conférences. Ils et elles relaient les discours prophétiques prononcés par les grands leaders d’opinion du capitalisme responsable qui, comme Al Gore ou Richard Branson, appartiennent souvent au monde des grandes fortunes (Morena, 2023). Il s’agit d’humaniser les pratiques managériales (Salman, 2021), mais aussi d’entretenir la demande de biens et services vertueux. Comment articulent-ils et elles des normes morales, juridiques, politiques d’un côté, et la rationalité gestionnaire et marchande du monde des affaires de l’autre (Ghadiri, Gond et Brès, 2015 ; Bereni, 2023) ?

Produire de nouveaux marchés et régulations marchandes. La création de niches marchandes, d’éco-produits, de services d’accompagnement et de conseil en RSE, ménage des espaces d’investissement professionnel pour ces individus dont la position est parfois fragile au sein de leurs organisations. L’émergence et la stabilisation de ces marchés de la vertu est par ailleurs encouragée par la législation (Barraud de Lagerie et al., 2020). Plus généralement, ces professionnel·les contribuent à la production d’instruments de soft law et d’auto-régulation des marchés, de labels, des certifications, de conventions, de chartes, de référentiels (par exemple le Global Compact, ou les « principes directeurs droits humains » de l’OIT). Ces normes et instruments sont souvent coproduits avec d’autres acteurs, notamment les pouvoirs publics.

Répondre aux contraintes et incitations légales. Reporting extra-financier, mesure d’empreinte carbone, devoir de vigilance, mise en place et respect de quotas de travailleurs handicapés, de femmes, sont autant d’activités qui favorisent le développement d’une « bureaucratie de la manipulation des biens de salut » (Bourdieu, 1979) au sein des entreprises (Vogel, 2005 ; Dubuisson-Quellier, 2016 ; Déjean et al., 2013). Les propositions pourront également aborder le travail quotidien, parfois technique et répétitif, loin des élans novateurs, de ces professionnel·les. Quelle place occupe ce type de tâches dans leur activité ? Comment s’y rapportent-ils et elles ?

La question de la position organisationnelle de ces acteurs et actrices pourra également être abordée. Celles et ceux qui agissent à l’intérieur des grandes entreprises ont souvent une position à la marge (faiblesse des moyens, absence de pouvoir de contrainte) tout en étant proches des directions (Bory, 2008 ; Bereni et Prud’homme, 2019). Dans de nombreux contextes, leur statut et leur périmètre de travail ne sont qu’imparfaitement stabilisés. Comment s’inscrivent-ils et elles dans les organigrammes, et que traduit leur position en termes de pouvoir de négociation et de reconnaissance ? Leurs positionnements s’articulent-ils à d’autres hiérarchies internes, notamment de genre ? Comment évoluent-ils dans le temps ? Dans quelle mesure ces professionnel·les investissent-ils et elles d’autres espaces de reconnaissance (réseaux professionnels, forums, associations, etc.) ?

Enfin, les propositions pourront porter sur le travail de mesure et d’évaluation de ces activités. Le champ de la RSE est de plus en plus soumis à des injonctions de mesure. Une des problématiques particulières auxquelles ils et elles sont confronté·es est la nécessité d’apporter des preuves, si possible quantifiées, de l’engagement vertueux du capital (Barraud de Lagerie, 2009). Dans la lignée des travaux sur la quantification (Desrosières, 2008 ; Vatin, 2009 ; Bruno, Didier et Prévieux, 2014 ; Martin, 2020) et les outils de gestion (Chiapello et Gilbert, 2013), on pourra s’interroger sur : qui construit les indicateurs de mesure de l’impact ou de la vertu, qui les standardise, les promeut ? Quels rapports de force et clivages entre réformateur·rices ces controverses sur la mesure révèlent-elles ? Que fait la réglementation croissante des référentiels de mesure à leur travail de réforme morale ? Au sein des organisations, à travers quels critères et quels outils le travail de ces professionnel·les est-il évalué ?

 

AXE 3. Quels mondes sociaux de la réforme ?

Le troisième axe questionne l’existence d’un ou de plusieurs espaces de la réforme du capitalisme. Peut-on parler de monde social ou de mondes sociaux (Becker, 1982), de nébuleuse(s) ou de champs faible(s) (Topalov, 1996, 2020), de réseau(x) (Diani, 1995), d’espace(s) de cause (Bereni 2021), de champ(s) organisationnel(s) (Bartley, 2007) ? Au contraire, s’agit-il de mobilisations hétéroclites dont l’efficacité tiendrait surtout à leur multiplication exponentielle ? Afin de répondre à cet ensemble de questions visant à définir les frontières internes et externes de la réforme morale du capitalisme, plusieurs objets peuvent être examinés.

Une des pistes d’analyse est celle des hiérarchies internes à ce(s) monde(s), notamment en termes de genre, de classe et de race. Dans un monde souvent décrit comme uniforme, toutes et tous ne sont pas au même niveau hiérarchique dans l’entreprise, n’ont pas le même salaire, les mêmes carrières, ne fréquentent pas les mêmes clubs professionnels, n’ont pas les mêmes lectures et n’adhèrent pas au même modèle de l’entreprise « durable », « responsable », « engagée », « contributive » ou encore « régénératrice ». On peut en effet observer des clivages idéologiques, des visions de la réforme contrastées et qui s’affrontent. Il est dès lors possible de poser une double question, celle de la hiérarchisation interne des promotrices et promoteurs du capitalisme responsable, et celle de la croyance dans un enjeu commun. Si l’on ne sait que peu de choses sur la différenciation interne des fonctions et des positions dans le champ de la RSE, mettre au jour des formes de division du travail de la réforme, associées à des hiérarchies fondées sur la classe, le genre, l’assignation ethnoraciale ou d’autres rapports sociaux semble une étape essentielle pour mieux interpréter les mouvements que nous voyons émerger et comprendre les nouveaux moyens « d’affirmer un statut dans les concurrences internes aux classes fortunées » (Topalov, 2020, p. 11).

Les causes et leur classement évoluent : climat, environnement ou réchauffement climatique, biodiversité, non-discrimination, égalité homme-femme, défense des travailleurs, soutien au monde associatif, lutte contre les inégalités… Autant de causes qui ne nécessitent pas les mêmes compétences et n’appellent pas les mêmes caractéristiques sociales, et sont inégalement réparties sur la hiérarchie symbolique de la RSE, de la philanthropie à la finance verte. Les communications s’inscrivant dans ce troisième axe pourront dès lors porter sur la hiérarchisation des causes, d’une entreprise à l’autre, d’un secteur à l’autre, d’un contexte à l’autre.

Les circulations possibles avec d’autres espaces interrogent également des positions d’entre-deux, joignant des dispositions capitalistes à d’autres héritages politiques, associatifs ou religieux qui pousseraient à une critique modérée. Quelles sont les circulations entre les espaces marchands, publics et associatifs ? La vertu des entreprises semble par exemple propice aux situations de reconversion entre les secteurs privé et public. La création d’un espace moral du capitalisme peut en effet faciliter la transition entre les fonctions électives et l’entreprise capitaliste, ou encore la reconversion de dispositions intellectuelles dans la prestation de services destinés à la promotion d’une nouvelle forme de capitalisme. En ce sens, les relations et les circulations entre les secteurs de la RSE et les espaces du militantisme, du patronat ou des élites économiques doivent encore être étudiées.

 

Modalités de contribution et organisation

Les journées d’étude auront lieu les 30 et 31 mai 2024 au Centre Maurice Halbwachs, campus ENS 48 boulevard Jourdan 75014 Paris.

Les propositions de communication de 6000 signes sont attendues pour le 30 septembre 2023. Elles devront présenter les grandes questions traitées ainsi que les terrains et les matériaux mobilisés. Elles pourront contenir une bibliographie indicative.

Elles sont à envoyer à l’adresse suivante : reformerlecapitalisme@gmail.com 

Le comité d’organisation effectuera un retour sur les propositions mi-novembre 2023.

Les communications rédigées sont attendues le 15 mai 2024 afin d’être transmises aux discutant·es. Les frais de transport et d’hébergement seront pris en charge pour les intervenant·es ne résidant pas à Paris.

Bibliographie

Abend Gabriel, The Moral Background: An Inquiry into the History of Business Ethics, Princeton University Press, 2014.

Adam Thomas, Buying respectability: philanthropy and urban society in transnational perspective, 1840s to 1930s, Bloomington, Indiana University Press, 2009.

Agrikoliansky Éric et Annie Collovald, « Mobilisations conservatrices : comment les dominants contestent ? », Politix, vol. 106, n° 2, 2014, p. 7-29.

Ansaloni Matthieu et Andy Smith, « Des marchés au service de l’État ? », Gouvernement et action publique, vol. 6, n° 4, 2017, p. 9-28.

Ahmed Sara, On Being Included. Racism and Diversity in Institutional Life, Duke University Press, 2012.

Barman Emily, Caring Capitalism: The Meaning and Measure of Social Value, Cambridge University Press, 2016.

Barraud de Lagerie Pauline, « Objectiver la qualité sociale » in François Vatin (dir.), Évaluer et Valoriser. Une sociologie économique de la mesure, Toulouse, Presses Universitaires du Mirail, 2009, p. 229-245.

Barraud de Lagerie Pauline, Les patrons de la vertu. De la responsabilité sociale des entreprises au devoir de vigilance, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2019.

Barraud de Lagerie Pauline, Élodie Béthoux, Arnaud Mias, et Élise Penalva-Icher, « La mise en œuvre du devoir de vigilance : une managérialisation de la loi ? », Droit et société, n° 106, 2020, p. 699‑714.

Bartley Tim, « How Foundations Shape Social Movements: The Construction of an Organizational Field and the Rise of Forest Certification », Social Problems, vol. 54, n° 3, 2007, p. 229‑255.

Becker Howard S., Art Worlds, Berkeley, University of California Press, 1982.

Bereni Laure et Dorothée Prud’homme, « Servir l’entreprise ou la changer ? Les responsables diversité entre gestion, critique et performance de la vertu », Revue française de sociologie, vol. 60, n° 2, 2019, p. 175-200.

Bereni Laure et Sophie Dubuisson-Quellier, « Au-delà de la confrontation : saisir la diversité des interactions entre mondes militants et mondes économiques », Revue française de sociologie, vol. 61, n° 4, 2020, p. 505‑29.

Bereni Laure, « The women’s cause in a field: rethinking the architecture of collective protest in the era of movement institutionalization », Social Movement Studies, vol. 20, n° 2, 2021, p. 208‑23.

Bereni Laure, « Les stigmates de la vertu. Légitimer la diversité en entreprise, à New York et à Paris », Actes de la recherche en sciences sociales, n° 241, 2022, p. 36-55.

Bereni Laure, Le management de la vertu. La diversité en entreprise à New York et à Paris, Paris, Presses de Sciences Po, 2023.

Béroud Sophie, « Perspectives critiques sur la participation dans le monde du travail : éléments de repérage et de discussion », Participations, n° 5, 2013, p. 5-32.

Bidet Alexandra et Solène Sarnowski, « “Y’a toujours à penser, à trouver mieux”. Moments effondristes et activisme du quotidien face à la catastrophe écologique », Sociedade e Estado, n° 36, 2021, p. 545‑562.

Boni-Le Goff Isabel et Sylvain Laurens, « Les entrepreneurs de la “nouvelle entreprise” : Acteurs, pratiques et dispositifs d’une écriture institutionnelle », Sociétés contemporaines, n° 89, 2013, p. 5‑16.

Blanchard Soline, Isabel Boni-Le Goff et Marion Rabier, « Une cause de riche ? L’accès des femmes au pouvoir économique », Sociétés contemporaines, no 89,, 2013, p. 101‑30.

Boltanski Luc et Eve Chiapello, Le Nouvel esprit du capitalisme, Paris, Gallimard, 1999.

Bory Anne, « Le bénévolat d’entreprise en France. Une rencontre du privé et du public sous influences étasuniennes », Travail et emploi, n° 133, 2013, p. 53-62.

Bory Anne et Yves Lochard, « La responsabilité sociale des entreprises : un cheval de Troie politique ? », Sociologies pratiques, n°18, 2009, p. 39-50.

Bory Anne, « Perdre son âge ou la racheter ? Enjeux professionnels et organisationnels autour du bénévolat d’entreprise », Les Mondes du travail, n°5, 2008, p. 39-52.

Bosvieux-Onyekwelu Charles et Valérie Boussard, « Moraliser le capitalisme ou capitaliser sur la morale ? » Actes de la recherche en sciences sociales, n° 241, 2022, p. 4‑15.

Bremond d’Ars Nicolas (de), Marie-Emmanuelle Chessel et André Grelon, L’Entreprise et l’Evangile : une histoire des patrons chrétiens, Paris, Presses de Sciences Po, 2018.

Briscoe Forrest et Abhinav Gupta. « Social Activism in and Around Organizations », Academy of Management Annals, vol.10, n° 1, 2016, p. 671‑727.

Bruno Isabelle, Emmanuel Didier et Julien Prévieux (dir.), Statactivisme. Comment lutter avec les nombres ? Paris, Zones, 2014.

Buchter Lisa, « Militer de l’intérieur : les stratégies des réseaux professionnels LGBT », Travail, genre et sociétés, n° 49, 2023, p. 65‑81.

Chamayou Grégoire, La société ingouvernable. Une généalogie du libéralisme autoritaire, Paris, La Fabrique, 2018.

Chessel Marie-Emmanuelle, Consommateurs engagés à la Belle Époque : la Ligue sociale d’acheteurs, Paris, Presses de Sciences Po, 2013.

Chiapello Ève et Patrick Gilbert. Sociologie des outils de gestion, Paris, La Découverte, 2013.

Comby Jean-Baptiste, La question climatique : Genèse et dépolitisation d’un problème public, Paris, Liber/Raisons d’agir, 2015.

Comby Jean-Baptiste, « Un éthos pondérateur. Adoucir et filtrer la critique écologique, l’ouvrir au capitalisme. Et vice versa », Actes de la recherche en sciences sociales, n° 241, 2022, p. 74‑91.

Comby Jean-Baptiste et Sophie Dubuisson-Quellier (dir.), Mobilisations écologiques, Paris, Presses Universitaires de France, 2023.

Cochoy Franck, « Faut-il abandonner la politique aux marchés ? Réflexions autour de la consommation engagée », Revue Française de Socio-Économie, vol. 1, no 1, 2008, p. 107‑29.

Courty Guillaume, Les groupes d’intérêt, Paris, La Découverte, 2006.

Crozier Michel et Erhard Friedberg, L’acteur et le système, Paris, Seuil, 1992.

Da Silva Nicolas, « Mutualité et capitalisme entre 1789 et 1947: de la subversion à l’intégration », RECMA, n°357, 2020, p. 36-51.

Déjean Frédérique. « L’émergence de l’investissement socialement responsable en France : le rôle des sociétés de gestion », Revue de l’organisation responsable, vol. 1, no 1, 2006, p. 18‑29.

Déjean Frédérique, Stéphanie Giamporcaro, Jean-Pascal Gond, Bernard Leca et Elise Penalva-Icher, « Mistaking an Emerging Market for a Social Movement? A Comment on Arjaliès’ Social-Movement Perspective on Socially Responsible Investment in France », Journal of Business Ethics, n°112, 2013, p. 205‑12.

Denord François, « Le prophète, le pèlerin et le missionnaire. La circulation internationale du néo-libéralisme et ses acteurs », Actes de la recherche en sciences sociales, n°145, 2002, p. 9-20.

Depecker Thomas, Marc-Olivier Déplaude et Nicolas Larchet, « La philanthropie comme investissement. Contribution à l’étude des stratégies de reproduction et de légitimation des élites économiques », Politix, n° 121, 2018, p. 9‑27.

Depecker Thomas, Anne Lhuissier et Christian Topalov, « Des causes et des œuvres : les lexiques de la bienfaisance à Paris en 1900 », Revue d’histoire de la protection sociale, n° 8, 2015, p. 18-44.    

Desrosières Alain, Pour une sociologie historique de la quantification : L’Argument statistique I, Paris, Presses des Mines, 2008.

Diani Mario, Green Networks: A Structural Analysis of the Italian Environmental Movement, Edinburgh University Press, 1995.

Dolan Catherine et Dinah Rajak (dir.), The Anthropology of Corporate Social Responsibility, Oxford/New York, Berghahn Books, 2016.

Dubuisson-Quellier Sophie, « From targets to recruits: the status of consumers within the political consumption movement », International Journal of Consumer Studies, vol. 39, n°5, 2015, p. 404‑412.

Dubuisson-Quellier Sophie, Gouverner les conduites, Paris, Presses de Sciences Po, 2016.

Edelman Lauren B., Working Law: Courts, Corporations, and Symbolic Civil Rights, Chicago, University of Chicago Press, 2016.

Fourcade-Gourinchas Marion et Babb Sarah L., « The Rebirth of the Liberal Creed: Paths to Neoliberalism in Four Countries », American Journal of Sociology, vol. 108, n°3, 2002, p. 553-579.

France Pierre et Antoine Vauchez, Sphère publique, intérêts privés : Enquête sur un grand brouillage, Paris, Presses de Sciences Po, 2017.

Ghadiri Djahanchah, Jean-Pascal Gond et Luc Brès, « Identity Work of CSR Consultants: Managing Discursively the Tensions between Profit and Social Responsibility », Discourse & Communication, vol. 9, n°6, 2015, p. 593-624.

Guilhot Nicolas, Financiers, philanthropes. Vocations éthiques et reproduction du capital à Wall Street depuis 1970, Paris, Raisons d’agir, 2004.

Hatchuel Armand, Kevin Levillain et Blanche Segrestin, « Comment la loi a instauré l’entreprise comme un acteur politique. Analyse historique et théorique de la loi Pacte et de la loi sur le devoir de vigilance », Entreprises et histoire, n°104, 2021, p. 184-197.

Hirschman Albert, Les passions et les intérêts. Justifications politiques du capitalisme avant son apogée, Paris, Quadrige, 2014.

Langevin Marie, Andréanne Brunet-Bélanger, Sylvain A. Lefèvre, « Financialization through payment infrastructure: The philanthrocapitalism of the Mastercard foundation », in E. Chiapello et al. (eds), Financializations of Development, Routledge, 2023.

Madon Julie, « “Tu peux être écolo sans être extrémiste”. Les écologistes entre engagement par le mode de vie et évitement du stigmate », Politix, n°139, 2022, p. 95‑116.

Martin Olivier, L’empire des chiffres, Paris, Armand Colin, 2020.

McGoey Linsey, Darren Thiel et Robin West, « Le philanthrocapitalisme et les “crimes des dominants” », Politix, n° 121, 2018, p. 29‑54.

Meyerson Debra E. et Maureen A. Scully. « Tempered Radicalism and the Politics of Ambivalence and Change ». Organization Science, vol. 6, n° 5, 1995, p. 585‑600.

Morena Edouard, Fin du monde et petits fours. Les ultra-riches face à la crise climatique, Paris, La Découverte, 2023.

Offerlé Michel, Sociologie des groupes d’intérêt, Paris, LGDJ, 1998.

Penalva Icher Élise, « La professionnalisation dans l’Investissement socialement responsable. Le cas des analystes extra-financiers », Revue Francaise de Socio-Economie, n° 16, 2016, p. 141‑59.

Pochic Sophie, « Le féminisme de marché, ou comment la demande d’égalité « pour toutes » est devenue une égalité pour certaines », Actes de la recherche en sciences sociales, n°241, 2022, p. 16‑35.

Romerio Alice, Le travail féministe. Le militantisme au Planning familial à l’épreuve de sa professionnalisation, Presses Universitaires de Rennes, 2022.

Rozier Sabine, « L’Entreprise-providence. Mécénat des entreprises et transformations de l’action publique dans la France des années 1960-2000 », Thèse de doctorat en science politique, Université Paris 1, 2001.

Salman Scarlett, Aux bons soins du capitalisme. Le coaching en entreprise, Paris, Presses de Sciences Po, 2021.

Smith Andy, « Travail politique et changement institutionnel : une grille d’analyse », Sociologie du travail, vol. 61, n°1, 2019 [en ligne].

Steiner Philippe et Marie Trespeuch, Marchés contestés : Quand le marché rencontre la morale, Toulouse, Presses Universitaires du Mirail, 2015.

Stevens Hélène, 2011, « De l’intervention psychosociologique au “développement personnel” dans l’entreprise. Esquisse d’une généalogie des relations entre management et psychologie en France » », Regards sociologiques, 41‑42, p. 57‑74.

Storrs Landon R. Y., Civilizing capitalism: the National Consumers’ League, women’s activism, and labor standards in the New Deal era, Chapel Hill, University of North Carolina Press, 2000.

Tissot Sylvie, Christophe Gaubert et Marie-Hélène Lechien (dir.), Reconversions militantes, Limoges, Presses universitaires de Limoges, 2005.

Topalov Christian, « Langage de la réforme et déni du politique. Le débat entre assistance publique et bienfaisance privée, 1889-1903 », Genèses, 1996, n°23, p. 30-52.

Topalov Christian (dir.), Philanthropes en 1900. Londres, New York, Paris, Genève, Ivry-sur-Seine, Créaphis, 2020.

Topalov Christian, « Le champ “réformateur” 1880-1914 : un modèle », in Topalov Christian (dir.), Laboratoires du nouveau siècle : la nébuleuse réformatrice et ses réseaux en France, 1880-1914, Paris, EHESS, 1999.

Vatin, François (dir.), Évaluer et valoriser : Une sociologie économique de la mesure. Toulouse, Presses Universitaires du Mirail, 2009.

Vogel David, The Market of Virtue: the potential and limits of corporate social responsibility, Washington D.C., The Brookings Institution, 2005.

Yon Karel et Amin Allal (dir.), « Citoyennetés industrielles et formes du lien syndical », Critique internationale, n° 87, 2020.

[1] Le programme « Professionnel·les de la Vertu du Capitalisme », financé par l’Agence Nationale de la Recherche, vise à donner une perspective inédite sur le « capitalisme responsable » en partant de l’étude de ses managers, de leurs activités de travail et de leurs milieux professionnels (https://provircap.hypotheses.org/).



Citer ce billet
Laure Bereni (2023, 5 juillet). Journées d’études “Réformer le capitalisme de l’intérieur? Acteurs et actrices, pratiques, mondes sociaux”, Paris, 30-31 mai 2024. Professionnel·les de la RSE / CSR professionals. Consulté le 24 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/t1lr

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search